Réponse à Chlodweg

Auteur  
# 19/11/2009 à 16:27 Beethovenmaniac
J'ouvre un nouveau topique car l'autre est trop plein et fonctionne mal...

Chlodweg a écrit:

Toujours le silence … Personne ne peut savoir à quel point tout cela me rend triste.
Bon, je vais m' avancer un peu, quitte à ce que je doive partir autant se quitter fâcher. Est-ce que j' ai dit quelque part que le récit de mon histoire avait rendu folle ma psy en trois séances ? Je n' ai pas le texte sous les yeux mais il me semble que oui … Je lui ai raconté cette histoire quand je me suis aperçu qu' elle avait de moi une vision totalement erronée et qu' elle persistait dans cette direction. Je l' avais pourtant prévenu qu' il y avait des choses que je ne pouvais pas dire, néanmoins, j' avais semé des éléments dans la conversation en quantité suffisante pour qu' elle puisse comprendre que le problème n' était pas là où elle le cherchait.
La plupart des gens ont des problèmes simples. Tu peux voir cela avec les tirages de tarots, l' amour, la chance, la santé et l' argent, mais dans tout cela, il n' y a rien qui me concerne. Je ne suis pas attaché à l' argent, ma santé vaut ce qu' elle vaut, la chance ne mérite pas qu' on s' y arrête, quand à l' amour, c' est une énigme sans solution. Les psy ont un point de vue tout aussi étroit. J' aurai bien voulu faire confiance à cette femme mais elle exigeait que je lui dise tout de moi alors qu' elle ne me disait rien d' elle-même. J' ai commencé à la psychanalyser. Son état m' a paru pire que le mien sous beaucoup d' égare. Si ma maladie est plus grave, au moins, suis-je capable de la gérer car je la connais bien. Les gens ne sont pas capable non plus de comprendre que ce mal m' est nécessaire. Chaque fois que j' ai essayé de m' en débarrasser, j' ai failli mourir avec. Alors je vis en symbiose avec cette chose.
Si j' avais laissé cette femme faire son oeuvre tranquillement, j' aurai fini sous un train. Un soir que je méditais sombrement, je me parlais à haute voix quand un passage de Wagner m' est revenu en mémoire : « C' est à ta vie qu' ils en veulent » … La conclusion toute wagnérienne, c' est la lutte à mort ! OK, elle disait vouloir savoir, alors elle allait en avoir pour son argent. Ma seule arme a toujours été l' honnêteté mais je restais libre de la façon de formuler la chose. J' ai choisi la plus brutale. Et j' avoue que c' est avec une certaine satisfaction que j' ai vu son visage pâlir, verdir puis se décomposer complètement. Au milieu de ce désastre, elle me posa la première question claire depuis que je la connaissais : « Vous l' aimez ? » A une question claire, je ne pouvais faire qu' une réponse claire : « Oui ».

Et c' est la parti la moins indigeste du problème ! Enfin, si on appelle cela un problème. Et elle aurait du comprendre que dans de telles conditions, je ne pouvais absolument pas me tuer. Le pire est d' admettre, c' est que si nous pouvions nous rencontrer, nous ne nous supporterions pas ! Tous les Tigres ont beaucoup de charme, mais il n' opère pas sur les gens du même signe, de la sorte, qu' ils se voient entre eux tels qu' ils sont réellement et cela ne fait pas forcément plaisir. C' est fou ce qu' on peut ramasser en compagnie d' un Tigre, des coups physiques et moraux, même mon ordi est vérolé d' avoir fréquenter des sites où on vend son portrait. Je ne savais pas qu' il était aussi sexy que la Kournikova ! Maintenant, il faut scanner l' ordi et ça va prendre des heures.
Il faut reconnaître, c' est fou ce qu' on s' amuse. Ce soir là, à l' opéra, j' ai rencontré un être humain véritable, jusqu' à présent, je n' avais vu que la musique. On dit quelque part « c' était un artiste » et je réponds toujours « c' était un homme ». Le premier le seul être humain qui ne soit pas détruit par mes capacités d' analyse. C' est fou ce que la plupart des gens peuvent être médiocre, pas seulement intellectuellement mais même moralement, mais là, là, on tient quelque chose, quelque chose de résistant. C' est pour cela que j' ai choqué quelques membres de LvB (l' assos dont j' ai déjà parlé) en leur demandant pourquoi ils en faisaient quelque chose de mort. Il est tout sauf mort. Ils m' ont parlé d' une statut à Paris dans le bois de Vincenne dont il ne reste que le socle qui porte sont nom. Ils voudraient y mettre quelque chose. Je suis pour ne rien y mettre. Ils veulent pas comprendre qu' il est parti ! C' est pourquoi c' est mieux que le socle reste vide. Ils sont hantés par des idées de commémoration, ils font des voyages pour voir sa tombe. Mais qu' est-ce que j' ai avoir à faire avec un cadavre !!! Ils ne comprennent donc pas qu' un mort n' est qu' une coquille vide, que ce n' est que l' écorce d' un être humain, que ce qu' il était ne s' y trouve plus. Mais que pour autant il n' est pas loin de nous.
Les grecs avaient cette façon de comprendre l' immortalité. Beethoven lisait Homère, ai-je lu quelque part, et il devait le savoir aussi. Ce doit être Ulysse dans l' Odyssée lorsqu' Cyrcé lui propose l' immortalité s' il reste près d' elle caché dans son île, il refuse. Il refuse parce qu' ainsi, il vivra peut-être une éternité mais que tout le monde l' aura oublié. Alors que s' il s' éloigne et rejoint les autres hommes, il mourra mais son nom restera pour toujours dans toutes les mémoires. Homère n' a pas trop mal réussi, pourquoi se mettre en peine de commémorer des morts et d' élever des statuts ? Le plus grand temple qu' on puisse lui ériger, c' est de lui ouvrir nos âmes et alors il sera toujours présent parmi nous, à côté, tout près, deux rues plus loin, avec un peu de chance, il tapera à ta porte pour savoir si tu as un bout à manger … Et il ira dire que ton vin n' est pas bon et ta cuisine pas mangeable, mais c' est ainsi … pas autrement … Pourquoi s' acharner sur un corps mort quand on peut l' avoir tout entier. Après l' absence, il y a le retour.

Mon scann est fini …


Ben tu sais Chlodweg,le silence peut parfois être une vraie mine d'or !!! et ce qu'on n'a pas immédiatement est plus apprécié quand on le reçoit...

Pour ma part,je te dirai que j'ai eu le virus A H1N1... Certains membres de ma famille l'ont eu aussi et je peux te dire que c'est l'enfer !!!

Je suis un peu dépressive ces temps-ci et un peu rebelle !! même très rebelle !!! j'ai l'impression que je ne suis née que pour être *utilisée*... pour aider les autres qui se foutent carrément de ce que moi je ressens !!!

Voilà dans quel état nous laisse ce virus infect !!!

Ceci étant dit,j'ai décidé de m'occupper de moi-même... j'écoute de plus en plus la musique de Beethov car c'était aussi un être incompris...

Bon... je n'en écrirai pas plus long car je n'écris que des bêtises dans cet état !!!

Je comprend ce que tu ressens mais je suis incapable de t'aider comme je le voudrais... je me sens inutile ...de toute façon,tu as dit toi-même que ce n'était pas nécessaire d'écrire de grandes pages... juste quelques mots...

Au plaisir de te lire...

A+

Beethovenmaniac
# 19/11/2009 à 23:04 Chlodweg
Je serais bien curieux de le tester un peu cet H1N1. On dit en France qu' il ne fait pas plus de mal qu' une grippe ordinaire et d' une grippe ordinaire, je n' en fais aucun cas. Et puis, le meilleur moyen de s' immuniser contre une maladie est encore de l' attraper. Je suis d' une humeur suffisamment mauvaise pour mettre même les virus en déroute. Je suis fou, c' est-ce pas ? Le mal pourrait bien me tuer, cela m' est indifférent. Il faudrait pour cela que le ciel accepte que je cesse de souffrir. La mort n' est-elle pas la fin de toute chose. Or le ciel se réjouit de me torturer … alors, il a besoin que je reste en vie.
La déception m' a rendu cynique. Je n' ai plus d' attachement à la vie. Je sais que chaque être humain a vécu des dizaines voir des centaines d' existences, mais il faut que cela cesse. Je n' ai jamais été suicidaire et je le serais jamais, mais qui veut ma vie, peut la prendre. Elle m' est à charge plus qu' autre chose. Pour autant, je n' ai pas besoin qu' on m' aide. Je ne suis pas « malade ». En dehors du fait que je n' aurais jamais de place à offrir pour l' amitié (les gens m' ont trop déçu) ou pour l' amour, je ne suis pas tellement malheureux. Si je me suis moqué des tireurs de tarots, c' est parce que quand je pose une question sur l' amour, on me trouve toujours une vie amoureuse épanouie … Il n' y a aucun hasard, aucun destin, chaque personne infléchit les choses autour d' elle de la façon dont elle le désire. Pas de manière consciente bien sûr … C' est à force de redouter une chose qu' elle se produit précisément.
Tu te plains qu' on t' « exploite » … Je te raconterai une petite histoire sur Beethoven. Dans son jeune temps, il est tombé amoureux d' une italienne (la fille du Claire de Lune), mais elle n' a pas voulu de lui et elle en a épousé un autre. Quelque temps plus tard, elle est revenue près de lui pour qu' il prête de l' argent à son époux qui traversait une période difficile. Il a tout donné et de nombreux auteurs l' ont traité de crétin alors qu' il nous donnait la bonne réponse. Il fit autant de bien qu' on lui avait fait de mal, c' était sa façon de se venger. D' ailleurs, il nous raconte lui-même : « elle est venue vers moi en pleurant mais je la méprisai ». Lorsque l' on donne beaucoup, c' est rarement tout à fait gratuit, inconsciemment, on attend qu' ils en fassent retour. Quand il ne se produit rien, on en reste dépité ou comme Beethoven ont en tire en orgueil assez malsain. Les autres ne nous laissent pas vraiment le choix, soit on reste la gentille poire qu' on peut presser à volonté, soit on gueule un bon coup et on envoie promener tout ce joli monde et on passe pour une bête sans cœur. Ma vision des choses peut apparaître triste. As tu un chat ? Ces charmantes bêtes sont d' excellents professeurs; ils attendent tout et ne donnent jamais rien. Lorsqu' ils se frottent contre toi, ce n' est pas par amour, mais simplement pour dire à un congénère que tu es son territoire. Lorsqu' ils font de gros ronrons, c' est parce qu' ils sont bien nourrit et au chaud. Il enseigne que l' amour est généralement à sens unique. Tu ne lui donnes plus ce qu' il désire ... il s' en ira. Je ne te dirais pas ce que tu dois faire car je n' est jamais beaucoup apprécié les donneurs de leçon, mais les choses en sont là.
Oui, même un mot, même un seul … De quoi ai-je besoin ici ? De dire ce que je ne peux dire … Je ne sais pas. Sans doute que je finirai bien par le savoir à un moment où à un autre, ce que je suis venu chercher ici. Peut-être aussi que je finirai par dire ce qui ne devrai pas être dit ? Des bêtises ? Non tu ne dis pas des bêtises … Est-ce que je n' en dit pas des tonnes ici en ce moment ? Cela tiens sûrement à ce que je ne dors plus. 4 ou 5 par nuit, rarement plus, non pas que je ne puisse pas mais je ne veux pas ! J' ai trop de chose à penser, aller dormir me répugne. Quelle perte de temps ! Le résultat, c' est que la dernière fois que je suis rentré chez moi, j' ai dormi plus de 15h de suite. Oui, je devrai dire ce qui ne doit pas être dit. J' en aurai l' esprit plus léger et tu pourrais décider en âme et conscience si ma présence ici est vraiment désirable. J' y ai pensé plusieurs fois depuis dimanche. Pourquoi tergiverser ? Je ne sais … Peut-être quand j' y serai décidé …

Je pensais à une chose idiote et sans intérêt, acheter des fruits au supermarché, afin de m' éviter une nouvelle rechute sitôt après la fin de la cure de vitamines. Mais j' ai parcouru les rayons sans appétit aucun, puis je me suis souvenu des grenades que j' avais vu la semaine précédente dans un autre magasin. A vrai dire, la grenade est un fruit très cher, mais si c' était réellement ce que j' avais envie de manger pourquoi pas. Je suis donc parti dans l' autre magasin. En empilant les fruits dans le sac, je me suis mis à réfléchir où je les avais déjà vu avant cela ... La grenade et le pavot sont les deux attributs de Proserpine l' épouse du dieu des morts chez les grecs. Proserpine est la fille de la déesse des grains Déméter, elle porte alors le nom de Coré, qui en grec veut dire jeune fille. Elle se promenait dans la campagne quand elle fut enlevé par Hadès, le dieu des morts qui l' entraina dans son royaume. Elle aurait encore pu se sortir de ce mauvais pas, si elle n' y consommait rien mais le dieu lui offrit un grain de fruit (peut-être de la grenade précisément) qu' elle mangea, acceptant tacitement de devenir son épouse. Sur terre, Déméter se lamentai auprès des dieux et décida en représailles de ne plus faire germer les grains. Les hommes moururent de fin en grand nombre et ne rendirent plus de culte aux dieux. Ceux-ci se sont émus de la situation et sont partis négocier avec Hadès. Coré pourra revenir sur terre la moitié de l' année et sera Proserpine dans le royaume de son mari l' autre moitié. On pense que Coré/Proserpine symbolise le grain qui passe sous terre une partie de l' année avant de germer et de devenir une plante aérienne.
Dans certaines légendes, on dit qu' il faut mettre les morts en terre pour qu' ils renaissent. Dans d' autres, on dit que les premiers hommes ont été semé à la volée. La grenade symbolise la richesse, la fertilité. Le dieu des enfers est aussi appelé Ploutos, le riche. J' ignore ce que veut dire le pavot. Peut-être l' oublie ? Les morts oublient en effet, tout ce qu' ils ont été quand ils rentrent dans le royaume d' Hadès. Les choses sont rarement ce qu' elles paraissent être. Qui m' aurait vu éplucher le fruit avec soin n' aurait vu qu' un être humain qui mange pas une page de mythologie. Un fruit bien étrange … Bizarrement quadrillé et rempli de pépin de la taille d' un grain de maïs. Il y aussi l' autre Grenade, la capitale de l' Andalousie arabe … Il y a aussi la Salomé de Richard Strauss sur des paroles d' Oscar Wild où la belle compare la bouche de saint Jean-Baptiste à une grenade entrouverte. Tant d' univers à l' intérieur d' un seul fruit …
Il n' est pas interdit de chercher son salut dans la musique mais attention à Beethoven. Il peut emmener très loin mais il y a toujours un prix à payer.
# 20/11/2009 à 13:18 PFB
Oui je le crois maintenant,il y a toujours un prix à payer lorsque nous écoutons de la musique.Pas comme ceux qui écoutent seulement mais pour ceux qui sont comme nous et qui s'en imprègnent.Je veux dire par là qu'étant déjà d'une classe à part et souvent enfermé dans notre bulle et bien le fait d'écouter la musique à fond nous enferment encore plus nous ne faisons qu'un avec elle et hélas elle peut peut-être arrivée à nous détruire un peu plus alors que nous croyons qu'elle nous libères de ce fardeau qu'est le quotidien et de ce qu'est devenu le monde...Alors qu'on la croit salvatrice,serait t'elle tueuse ?
Ah si tant de questions pouvaient cesser et me laisser tranquille un peu dans ma tête
# 23/11/2009 à 05:05 Chlodweg
Je ne suis qu' un voyageur et ce voyageur doit partir plus tôt qu' il ne l' a dit. Il aurait du s' en aller déjà lors il fut patent que son rêve d' amitié avait échoué. Mais sottement, il a voulu vivre d' illusions.
J' ai voulu parler aux autres hommes, mais c' est en vain. Je ne m' en suis aperçu seulement quand au dernier mot qui m' a été laissé au lieu de m' empresser de répondre, je n' ai plus su quoi dire. Que dire encore ? Qu' ajouter quand l' illusion s' est dissipée ? Il n' y a pas de dialogue, il n' y a que deux mondes, le votre et le mien, et ils ne se rencontreront jamais. Je dois poursuivre mon chemin.
Je dois vous dire maintenant que mes yeux se sont fermés, il y a bien longtemps, le 26 mars 1827 vers les 17h. Je suis mort le 26 mars 1827 sur un grabat plein de punaises avec un inconnu à mon chevet … Mais je suis mort au printemps, la saison où tous renait. Mes yeux se sont rouvert sur ce siècle. Je suis le vœux d' un mourant et le secret de mon cœur est son rêve, je me dois de le protéger. Les gens me demandent des preuves. Mais quelles preuves et pourquoi faire ? Tous ce que je sais, c' est que seule cette hypothèse peut expliquer la somme incroyable d' incohérences dont ma vie est faite. Le destin n' existe pas plus que le hasard. Je sais que je suis mort en voulant savoir mais que je suis également libre d' en faire ce qui me conviendra, contrairement à tous ces gens qui se sont fait l' esclave de leurs propres caprices et ne voient plus le monde qu' avec leurs œillères ridicules. C' est sans doute bon qu' ils les gardent, cela leurs évitent de trop souffrir, la réalité fait mal. Comme mon être tout entier a hurlé quand il a compris que ce qu' il croyait tenir n' était que son propre reflet et l' écho de sa propre voix. La plupart des gens peuvent toujours espérer se retrouver dans l' au-delà, alors que si nous sommes irrémédiablement unis, c' est que nous ne pourront jamais exister de manière distinct. Délire d' un mourant … Porteur d' un désir d' amour inassouvi et de pensées incontrôlables, je reste pourtant seul maître de savoir ce que je peux encore en faire.
# 23/11/2009 à 13:02 PFB
Le vrai problème c'est pas que les gens ne t'écoutent pas c'est que toi tu ne les entends pas même lorsqu'ils crient...et ca n'a rien à voir avec ta surdité auditive,ta surdité elle est dans tout ton être tu sais parler,écrire et faire vibrer mais tu ne sais pas partager malheureusement.Ton égo est trop bien nourrit tu devrais penser à le faire jeûner...
Ta liberté s'arrête là ou commence celles des autres.
Bonne journée !
Et attention les punaises ca piques
# 25/11/2009 à 09:51 Beethovenmaniac
Chlodweg a écrit:

23/11/2009 à 05:05
Je ne suis qu' un voyageur et ce voyageur doit partir plus tôt qu' il ne l' a dit. Il aurait du s' en aller déjà lors il fut patent que son rêve d' amitié avait échoué. Mais sottement, il a voulu vivre d' illusions.
J' ai voulu parler aux autres hommes, mais c' est en vain. Je ne m' en suis aperçu seulement quand au dernier mot qui m' a été laissé au lieu de m' empresser de répondre, je n' ai plus su quoi dire. Que dire encore ? Qu' ajouter quand l' illusion s' est dissipée ? Il n' y a pas de dialogue, il n' y a que deux mondes, le votre et le mien, et ils ne se rencontreront jamais. Je dois poursuivre mon chemin.

...............................................
Ben alors... bonne chance et sois heureux... et si ca te dis de revenir écrire ici ben tu es le bienvenu mais ne compte pas sur moi pour dérouler le tapis rouge et me mettre à genoux devant toi... je ne le ferai pour personne... les gens sont libres d'écrire ou non et moi aussi je suis libre de répondre tout de suite ou plus tard...

J'ai créé ce site parce que j'aime Beethoven... pas pour obliger les gens à écrire...

Vivre et laisser vivre...

J'aimais beaucoup te lire mais si tu ne veux plus écrire tu es libre de ta vie... de tes choix...

Beethovenmaniac
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×