Comme Beethoven...

Auteur  
# 30/09/2010 à 09:49 Beethovenmaniac
Oui... comme Beethoven... comme lui,je me sens seule sur cette planète... pas pour rien que je comprend ce qu'il ressentait... sauf que moi,je suis moins courageuse que lui.. lui,il a continué à composer même quand tout le monde se mpquait de lui... moi,j'ai envie de tout laisser tomber... tout fermer... partout..

Je ne demande qu'à communiquer.. avoir quelqu'un pour parler... quelqu'un qui me comprenne... quelqu'un en qui je peux avoir confiance...
quelqu'un à qui je pourrais tout dire... m'ouvrir complètement !!!
quelqu'un qui m'aime pour ce que je suis..

Mais il y a toujours des conditions... on me demande toujours d'être comme tous les autres de suivre le troupeau quoi !!!

Mais je ne suis pas comme les autres merde !!!

Si Beethoven ""Le Révolutionnaire"" avait fait comme les autres il n'aurait jamais révolutionné la musique... tout serait resté figé avec la musique de Mozart et des autres avant lui...

Moi je n'ai pas de don particulier mais j'aimerais juste pouvoir rester comme je suis... qu'on m'accepte comme je suis...

Me demander de changer c'est comme me demander de me laisser mourir... je ne peux pas changer... je ne le veux pas non plus...

Je ne changerai jamais... je suis intense et la tiédeur ne me convient pas... je veux de la chaleur... de la chaleur humaine... l'indifférence me fait mal

Je veux rire... m'amuser... faire des folies... déconner... vivre sans être jugée !!!

Bon... assez !!! de toute façon je l'ai dit mille fois... mais personne ne le comprend... personne ne me comprendra ... jamais !!!



# 04/10/2010 à 01:51 Chlodweg
Il n' y a plus personne apparemment ... C' est la paix des cimetières sauf que les morts sont très agités ... Il arrive même qu' ils reviennnent ... On dirait que j' ai bu puisque je raconte n' importe quoi, pourtant ce n' est pas vrai. Peut-être est-ce la compagnie de Berlioz ? J' habite à Grenoble en ce moment, à côté de la place Victor Hugo où se trouve la statue de Berlioz. Il se tient debout contre un rocher, la tête entre les mains. Je comprend sa perplexité, il y a pas mal de gratouilleurs de guitards qui viennent s' installer sur la place.
Oui, c' est toujours comme ça, les gens disent qu' ils vous aiment bien puis plus on suit leurs propos, plus on comprend qu' ils aimeraient mieux qu' on soit quequ' un d' autre. Une logique terrifiante.
# 06/10/2010 à 20:12 Beethovenmaniac
Chlodweg a écrit:
Il n' y a plus personne apparemment ... C' est la paix des cimetières sauf que les morts sont très agités ... Il arrive même qu' ils reviennnent ... On dirait que j' ai bu puisque je raconte n' importe quoi, pourtant ce n' est pas vrai. Peut-être est-ce la compagnie de Berlioz ? J' habite à Grenoble en ce moment, à côté de la place Victor Hugo où se trouve la statue de Berlioz. Il se tient debout contre un rocher, la tête entre les mains. Je comprend sa perplexité, il y a pas mal de gratouilleurs de guitards qui viennent s' installer sur la place.
Oui, c' est toujours comme ça, les gens disent qu' ils vous aiment bien puis plus on suit leurs propos, plus on comprend qu' ils aimeraient mieux qu' on soit quequ' un d' autre. Une logique terrifiante.


Je ne comprend pas ce que tu veux dire Chlodweg... je ressens comme un mystère à découvrir dans les mots que tu écris...
Je ressens aussi que je te connaissais avant que tu n'écrives ici...
Qui es-tu vraiment ?
Pourquoi tu insinues qu'on aurais aimé que tu sois quelqu'un d'autre ?
Expliques-moi STP car je ne comprend pas...

Beethovenmaniac
# 07/10/2010 à 18:43 Chlodweg
Au sens strict, nous nous connaissons tous car les âmes humaines sont aussi vieilles que l' univers, peut-être même datent elles d' avant ? Intéressante spéculation ...
On me dit toujours que mes parents m' aiment ... Une fois, j' ai répondu : mes parents aiment leur enfant seulement ce n' est pas moi. Je les ai toujours déçu pourtant j' ai toujours eu le sentiment de faire aussi bien que possible mais quand ils critiquent ma façon d' être et ma personnalité, c' est tout à fait déloyal. Je peux bien tout faire pour eux mais je ne veux pas devenir quelqu' un d' autre et même si je le pouvais je ne le ferais pas.
En ce moment, je suis sur une relation destructrice avec quelqu' un et j' y tiens le mauvais rôle comme toujours. J' ignore ce que cette jeune personne s' est mis dans la tête, mais je n' ai jamais voulu que les choses aillent plus loin qu' une discussion suivie autour d' un verre, ou quelques virées n' importe où ... Peut-être que c' est moi qui n' ai rien compris ? Qu' on m' envoyait des signaux que je n' ai pas interprêté correctement ? Mais je suis une personne qui appelle un chat, un chat et je n' ai rien promis ! Elle est furieuse parce qu' en quittant l' école, j' ai retrouvé ma vie d' avant, sans elle, forcément ... Tout est devenu compliqué à un tel point que je ne sais plus par quel bout prendre les choses. Heurement, 700km nous séparent et je pense que le temps arrangera les choses. Visiblement, elle m' a encore pris pour quelqu' un d' autre.
De là vient, cette étrange sentiment de solitude silencieuse (la paix des cimetières), je ne trouve mon égal nul part et seul le silence répond à mes questions. Après que les conflits aient cessé, je reste seul à contempler le désastre ...
# 10/10/2010 à 20:44 Beethpvenmaniac
Au sens strict, nous nous connaissons tous car les âmes humaines sont aussi vieilles que l' univers, peut-être même datent elles d' avant ? Intéressante spéculation ...

Oui... l'art subtil de répondre à une question sans jamais y répondre... j'aime bien...

On me dit toujours que mes parents m' aiment ... Une fois, j' ai répondu : mes parents aiment leur enfant seulement ce n' est pas moi. Je les ai toujours déçu pourtant j' ai toujours eu le sentiment de faire aussi bien que possible mais quand ils critiquent ma façon d' être et ma personnalité, c' est tout à fait déloyal. Je peux bien tout faire pour eux mais je ne veux pas devenir quelqu' un d' autre et même si je le pouvais je ne le ferais pas.

Comme je le disais aussi dans mon message initial...tout le monde m'aimerait bien si je change... si je fais comme tout le monde... comme la maudite société l'exige... mais je ne changerai pas non plus car s'ils ne m'aiment pas telle que je suis c'est qu'ils ne m'aiment pas du tout.

En ce moment, je suis sur une relation destructrice avec quelqu' un et j' y tiens le mauvais rôle comme toujours.

C'est sur...quand on est marginal on a toujours le mauvais rôle...on est toujours la bête bizarre... le monstre... qui ne fait rien comme tout le monde... j'en sais quelque chose...

J' ignore ce que cette jeune personne s' est mis dans la tête, mais je n' ai jamais voulu que les choses aillent plus loin qu' une discussion suivie autour d' un verre, ou quelques virées n' importe où ... Peut-être que c' est moi qui n' ai rien compris ? Qu' on m' envoyait des signaux que je n' ai pas interprêté correctement ? Mais je suis une personne qui appelle un chat, un chat et je n' ai rien promis ! Elle est furieuse parce qu' en quittant l' école, j' ai retrouvé ma vie d' avant, sans elle, forcément ... Tout est devenu compliqué à un tel point que je ne sais plus par quel bout prendre les choses. Heureusement, 700km nous séparent et je pense que le temps arrangera les choses. Visiblement, elle m' a encore pris pour quelqu' un d' autre.
De là vient, cette étrange sentiment de solitude silencieuse (la paix des cimetières), je ne trouve mon égal nul part et seul le silence répond à mes questions. Après que les conflits aient cessé, je reste seul à contempler le désastre ...

Oui... le silence et la solitude... mais tu sais... on ne peut trouver son égal quand on est marginal.... même un autre marginal n'est pas comme nous... silence.... et solitude.........

silence et solitude qui n'est brisé que par la musique d'un autre marginal: Beethoven Le Révolutionnaire...

Beethovenmaniac

# 18/10/2010 à 00:56 Chlodweg
Oui, lui seul ... La triste impression que ce serait la seule personne avec laquelle un diaologue serait possible ... tout en étant totalement impossible ...
J' ai eu beaucoup à faire ces derniers temps. J' ai passé trois jours sur le concours d' inspecteur des Impôts. Non que je trouve cette profession particulièrement intéressante mais montrer en grade est la seule chose qui me permette de tromper l' ennuie indescriptible qu' est ma vie. Sans doute, je pourrais trouver quelque chose de plus épanouissant à faire mais je ne sais pas vraiment comment.
Donc un mot seulement car je dois me lever tôt pour prendre mon train demain alors le pays est touché par une grosses vagues de grèves. Pas gagné d' avance le retour à Grenoble ...
# 29/10/2010 à 19:43 Beethovenmaniac
Excuses moi si je te répond si tard mais c'est que je passe beaucoup de temps à l'hôpital ces temps ci car je dois me faire opérer dans une semaine et ca me rend nerveuse car une opération sous anesthésie générale comporte toujours des risques.

Il y a la bactérie mangeuse de chair dont je ne me rappelle pas le vrai nom qui est toujours présente lors d'opérations... le coeur peut ne pas supporter... une petite erreur de dosage et tout peut flancher...

De plus,je n,ai plus 20 ans et mon corps est fatigué et par le fait même plus vulnérable...

J'espère que tu t'es bien rendu à Grenoble et que tout se passe bien pour toi...

Je me demande comment je dois prendre ce que tu as écrit : La triste impression que ce serait la seule personne avec laquelle un diaologue serait possible

Est-ce un reproche ?

Est-ce que tu onsinues que tu ne trouves pas mes écrits intéressants ?

Peux tu me répondre STP ?

Beethovenmaniac
# 30/10/2010 à 08:47 Chlodweg
Si bien sûr, ce que tu dis est intéressant ... mais c' est de Beethoven dont je parle et je crois qu' il est beaucoup plus qu' intéressant. J' ai besoin d' être passionné dans tout ce que je fais et j' ai besoin de parler librement de tout, aussi bien de philosophie, de musique ou même tenir des propos de garçon d' écurie devant un verre ... ça manque, on s' apperçoit que les gens prennent souvent ce que je dis de travers, je me retrouve avec des fâcheries, des malentendus et parfois ça me met de tellement mauvaise humeur qu' on se fâche pour si peu que je n' ai même pas envie de répondre.
Il y a des gens qui se sont vantés d' être mes amis et qui me demandent aujourd' hui des comptes pour des choses qui ne m' effleurent même plus. C' est une de mes particularités, je crois, je me met en colère pour des riens, je tiens des propos très durs parce que c' est dans mon tempérament, et après je n' y pense plus ... je m' étonne ensuite que les gens y pensent encore ... J' oublie facilement les sujets de discordes quand ce qui me mettaient de mauvaises humeur est passé. Je crois qu' il était comme ça aussi et ça me manque. Pouvoir être à la limite de se sauter à la gorge et partir ensuite bras-dessus bras-dessous, comme si de rien n' était et parler de choses et d' autres ... Les gens n' ont aucune idée de ce à quoi ça ressemble quand je suis vraiment en colère !!! Ils appelleraient sûrement la police !!!!!
Sans doute, je devrait faire des efforts, je pense souvent que je dois ménager les gens, qu' ils sont plus "fragile" que moi, que je dois faire attention à eux ... mais ça finit par m' agacer. Les gens se plaignent que je ne les comprend pas mais ils ne me comprennent pas non plus alors comment parler d' amitié ? C' est compliqué.

Oui, je suis bien rentré à Grenoble, il m' a juste fallut le double de temps et je suis arrivé en retard au bureau. Rien n' est simple, il faudrait que je prenne le temps de m' expliquer plus.
# 30/10/2010 à 09:08 Chlodweg
Dans tout cela, je n' ai même pas dit un mot sur ta santé. C' est vrai que c' est toujours un peu risqué les opérations en anesthésie générale, et qu' il y les fameuses maladies nausocomiales ... mais on peut mourrir seulement en traversant la route ... (ça a faillit m' arriver) alors mieux vaut ne pas trop y penser. J' ai eu une opération en anesthésie générale quand j' avais 14 ans, j' ai pensé à la mort possible ... et puis, ça m' a fait rire, ce serait une drôle de façon de mourrir de ne pas se réveiller ? Par rapport à cette longue agonie de trois mois avec des souffrances atroces, ce serait presque des vacances ... Je deviens morbide ...
On m' a dit aussi que j' étais méchant, peut-être après tout. Pour beaucoup de gens, la mort est la peur ultime, mais j' y pense depuis l' âge de 5 ou 6 ans, alors elle ne m' inquiète plus du tout. Et puis, après cette vie, il y en a une autre et encore une autre. La vie est un peu comme un compte en banque avec de l' argent à débiter, mais on ne sait jamais combien il y avait au départ et à combien on en est ! Je suis complètement inconsciens et il m' arrive de gérer mon compte en banque de la même façon que je gère ma vie, je dépense sans compter et ne me soucie de rien. Les choses seraient sûrement différentes, si ma mort faisait du tort à quelqu' un, si je comptais pour une personne, une personne au moins ... On n' est plus si inconscient quand on laisse des gens derrière soi.
# 31/10/2010 à 14:49 PFB
Mais voyons...quel est ce jargon de dépressif ?Je crois que tu baigne dans l'erreur car il y a au moins une personne qui tient à toi surement et c'est celle qui t'a mise au monde.Comment peut-on penser que notre perte ne causerait aucune tristesse à celle qui nous à donné la vie?Regarde autour de toi et tu verras que la vie existe et l'amour aussi.Mais souhaite tu vraiment être aimé?Je crois que tu te le refuse par peur d'être blessé car tu as beau te donner des airs de grand méchant loup je suis convaincue que tu es un être aussi doux que de la soie à l'intérieur,j'irais même jusqu'à dire ''mou'' car ceux qui cherche tellement à faire fuir les gens comme ca sont souvent ceux qui en ont le plus besoin et qui souhaiteraient tout le contraire mais qui ont peur d'oser aimer.
Bon je me sent psy ce matin moi là
Désolé mais fallait que ca sorte

PFB
# 02/11/2010 à 01:05 Chlodweg
Je suis extrêmement sceptique sur "celle qui m' a porté" et n' y tenait pas vraiment pour ce que j' en sais. Les choses et les gens passent et on oublie.
Pour ce qui est de l' amour, c' est très étrange parce que tu es la deuxième personne a me faire la même remarque. Puis-je aimer de force ? Je ne ressens rien, aucune attirance pour qui que ce soit. Les gens m' importent autant que s' ils étaient des poteaux de téléphones ou des plaques d' égoût. Ils entrent souvent dans ma vie par accident : maladie, dépression ... j' accueille tout le monde, ils viennent me parler de leur vie, je les écoute souvent sans rien dire. Parfois, ils repartent sans un mot. Pour les malades, j' essaie de les soutenir et les aider de mon mieux. Quand ils vont mieux je passe mon chemin, ils redeviennent des poteaux de téléphone et des plaques d' égoût. Parfois, je croise des gens dans la rue qui me disent bonjour, je ne sais plus qui ils sont. D' autre fois, c' est moi qui passe la nuit auprès des maisons pour voir si tout est en ordre et je m' éloigne dans l' ombre. Je ne suis tout au plus qu' un veilleur de nuit dans la vie des gens, je n' interviendrai que si un problème survient, mais je n' ai pas de sentiments communs avec eux.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site